Damien Bril (Dijon), Pouvoir féminin et allégorie politique: Régence et personnification nationale en France au XVIIe siècle

Le thème de la personnification de la France est très souvent associé au XVIIe siècle à l’iconographie des reines. On le trouve ainsi traditionnellement exploité dans la mise en scène des mariages princiers, où il joue un rôle symbolique en soulignant et encadrant le rituel d’agrégation de la princesse étrangère à son nouveau pays, dont elle devient reine. Mais c’est surtout sous les régences que le motif se trouve le plus abondamment employé et le plus largement diffusé, lorsque la souveraine doit son accès au pouvoir à son statut de mère protectrice du roi mineur. Comme régentes, Marie de Médicis (1610–1614) et Anne d’Autriche (1643–1651) y font ainsi largement appel, et selon des objectifs et des mode de fonctionnement sensiblement comparables. On en trouve de nombreux exemples à des échelles et sur des supports très divers, aussi bien en gravure, sur les médailles ou dans les décors peints, jusqu’à l’appartement d’été d’Anne d’Autriche au Louvre (1655–1658) où ce thème clôt la séquence décorative conçu par Romanelli.

Je voudrais, dans le cadre de ce colloque, analyser les enjeux de cette utilisation particulière du motif et de sa contribution à l’expression d’un pouvoir féminin en examinant plus spécifiquement les correspondances entre décors royaux et images gravées. Alors que la loi salique exclut la reine du champ de l’exercice du pouvoir et confine son rôle politique à sa dimension biologique de perpétuation dynastique, je montrerai ainsi comment la personnification de la France permet de redéfinir les valeurs du pouvoir des femmes et devient un outil de légitimation symbolique dans le cadre du gouvernement temporaire de régence. Les images sont le support d’un discours qui articule les diverses dimensions du pouvoir à la nature féminine de son incarnation: l’autorité morale, la défense de la succession dynastique et la piété religieuse en sont les moteurs principaux, mêlant des éléments d’iconographie antique (Minerve et les vertus), chrétienne (la maternité et l’incarnation) et royale (regalia et emblèmes).

Bibliographie indicative: M. Bannister, Heroic Hierarchies: Classical Models for Panegyrics in Seventeenth-Century France, in: International Journal of the Classical Tradition 8, no. 1 (2001), p. 38–59; F. Bardon, Le Portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII: mythologie et politique, Paris 1974; B. Baumgärtel, S. Neysters (dir.). Die Galerie der Starken Frauen: Die Heldin in der französischen und italienischen Kunst des 17. Jahrhunderts (catalogue exposition, Düsseldorf, Kunstmuseum, 10 septembre–12 novembre 1995, Darmstadt, Hessisches Landesmuseum, 14 décembre 1995-26 février 1996), Düsseldorf 1995; F. Cosandey, La reine de France: symbole et pouvoir XVe-XVIIIe siècle, Paris 2000; N. Courtright, A New Place for Queens in Early Modern France, in: M. Fantoni, G. Gorse, M. Smuts, The Politics of Space: European Courts ca. 1500–1750, Rome 2009, p. 267–292; K. Crawford, Perilous Performances: Gender and Regency in Early Modern France, Cambridge (Mass.) 2004; F. H. Dowley, French portraits of ladies as Minerva, dans: Gazette des Beaux-Arts 45 (juin 1955), p.  261–86; B. Gaehtgens, La Hyres »Autorité« von 1648: ein Beitrag zur Regentschaftsikonographie der Anna von Österreich, dans: Niederdeutsche Beiträge zur Kunstgeschichte 38 (1999), p. 173–93 ; E. Goodman, Minerva Revivified: Mademoiselle de Montpensier, dans: Mediterranean Studies 15 (2006), p.  79–116 ; C. Grell, F.Laplanche (éd). La Monarchie absolutiste et l’histoire en France. Théories du pouvoir, propagandes monarchiques et mythologies nationales (actes de colloque, Paris, Sorbonne, 26–27 mai 1986). Mythes, Critique et Histoire 1. Paris 1987; S. Hanley, Configuring the Authority of Queens in the French Monarchy, 1600s–1840s, dans: Historical Reflections/Réflexions Historiques 32, no 2 (juillet 2006), p. 453–64 ; C. Innocenti (éd.),  Caterina e Maria de’ Medici. Donne al potere: Firenze celebra il mito di due regine di Francia (cat. expo. Florence, Palazzo Strozzi, 24 octobre 2008– 8 février 2009), Florence 2008; J. Kromm, The Bellona Factor: Political Allegories and the Conflicting Claims of Martial Imagery, dans: C. L. Baskins, L. Rosenthal (dir.), Early Modern Visual Allegory. Embodying Meaning, p. 175–96. Aldershot 2007; M. Lunenfeld, The Royal Image: Symbol and Paradigm in Portraits of Early Modern Female Sovereigns and Regents, dans: Gazette des Beaux-Arts 97 (1981), p. 157–62; J. Montagu, The Painted Enigma and French Seventeenth-Century Art, dans: Journal of the Warburg and Courtauld Institutes 31 (janvier 1968), p. 307–35; L. Oliván Santaliestra, Minerva, Hispania y Bellona: cuerpo e imagen de Isabel de Borbón en el Salón de Reinos, dans: Chronica Nova. Revista de Historia Moderna de la Universidad de Granada 37 (2011) ; R. Pfeiff, Minerva in der Sphäre des Herrscherbildes: von der Antike bis zur Französischen Revolution. Bonner Studien zur Kunstgeschichte 1, Münster 1990; G. Ricuperati, Le reggenti fra XIV e XVII secolo, dans: F. Varallo (dir.), In Assenza del re: le reggenti dal XIV al XVII secolo (Piemonte ed Europa), Biblioteca dell’ Archivum romanicum 354,  Florence 2008; R. Schulte (dir.), The Body of the Queen: Gender and Rule in the Courtly World, 1500–2000. New York 2006; J. Seznec, La Survivance des dieux antiques: essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance. Idées et recherches. Paris 1980 ; A. A, Tait, Family Model and Mystical Body: Witnessing Gender through Political Metaphor in the Early Modern Nation-State, dans: Women’s Studies Quarterly 36, no 1/2 (avril 2008), p. 76–91 ; S. Vergnes, Les dernières Amazones: réflexions sur la contestation de l’ordre politique masculin pendant la Fronde, dans: Les Cahiers de Framespa. Nouveaux champs de l’histoire sociale, no 7 (3 avril 2011); K. Wilson-Chevalier, É. Viennot (éd), Royaume de fémynie: pouvoirs, contraintes, espaces de liberté des femmes, de la Renaissance à la Fronde (actes de colloque, Blois 1995). Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance 16, Paris 1999; R. Wittkower, Transformations of Minerva in Renaissance Imagery, dans: Journal of the Warburg Institute 2, no 3 (janvier 1939), p. 194–205.

Damien Bril est actuellement chercheur doctorant au Centre Georges Chevrier – UMR 7366 (Dijon). Il poursuit des recherches sur les iconographies du pouvoir royal en France au XVIIe siècle (voir son article: À la croisée des genres. Louis XIV et le portrait équestre, dans: Artibus et Historiae 35 (2014), p. 213–231). Il travaille en particulier sur les représentations du pouvoir féminin en étudiant les images de la régence d’Anne d’Autriche, sujet sur lequel il prépare une thèse de doctorat sous la direction du professeur Olivier Bonfait (Université de Bourgogne).

 

Claude Mellan, Allégorie de la France pleurant Louis XIII et consolée par Anne d'Autriche, burin, 1643

Claude Mellan, Allégorie de la France pleurant Louis XIII et consolée par Anne d’Autriche, burin, 1643

 

To the program.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *