Christine Gouzi (Paris), Les tableaux commandés à Charles-Antoine Coypel (1694–1752) après la maladie de Louis XV à Metz en 1744: les personnifications du royaume de France

Au XVIIe siècle, le roi de France fut souvent portraituré allégoriquement, sous les traits de dieux ou de demi-dieux: Hercule, Alexandre ou Apollon.  À la fin du XVIIe siècle, Saint Louis se présenta comme une autre figure qui pouvait incarner les qualités royales. La représentation du souverain en Saint Louis se développa autant dans les panégyriques du roi que dans la peinture religieuse des édifices royaux, à la chapelle de Versailles notamment. Sous Louis XV, les personnifications mythologiques étaient passées de mode, mais Louis IX demeura une des personnalités essentielles de l’incarnation de la valeur héroïque et chrétienne du roi de France. Saint Louis pouvait réunir en une image synthétique les qualités royales et signifier à lui seul la monarchie de droit divin elle-même. Le portrait de Louis XV en Saint Louis sous ses propres traits, que n’avait pas osé Louis XIV, devint ainsi un des topos de la peinture d’autel dans les chapelles royales.

Cependant, en 1744, lorsque Louis XV tomba dangereusement malade à Metz lors d’une des campagnes de la guerre de Succession d’Autriche, les tableaux exécutés pour commémorer sa guérison ne le représentèrent pas sous la forme des anciennes allégories royales, mythologiques ou religieuses. Le tableau commandé à cette occasion par la reine à Charles-Antoine Coypel, abandonna même toute représentation masculine. De façon nouvelle, le roi, assimilé à son royaume et à la Nation, fut célébré sous l’apparence d’une figure féminine, symbolisant »la France«  (pastel, Paris, musée du Louvre et huile sur toile à l’église de Clairvaux, Jura). Destiné à être placé dans les appartements de la reine à Versailles, le tableau développait une iconographie nouvelle: contrairement aux représentations antérieures, la France n’était pas montrée sous l’apparence de la déesse Minerve, mais d’une femme difficilement identifiable, dont l’iconographie reste ambiguë. Certains éléments de la toile peuvent rappeler la reine Clotilde, mais cette personnification féminine imaginée par Coypel ressemble surtout à la »France«, telle qu’elle est dépeinte dans l’»Album du Sacre de Louis XV« par le peintre Pierre Dullin (Paris, musée du Louvre).

Ainsi, comment analyser cette personnification, qui détache désormais la personne du roi de celle de l’État ? Faut-il la lire comme une iconographie renouvelée de la monarchie française? La maladie de Metz aurait pu cependant devenir le moment d’une véritable crise dynastique. Doit-on ainsi plutôt comprendre cette iconographie comme le résultat d’une crise politique et comme une des premières allégories d’un État moderne?

 

GouziMaître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Paris-Sorbonne et membre du centre de recherche André Chastel du CNRS, Christine Gouzi est spécialiste de la peinture et de la gravure des XVIIe et XVIIIe siècles. Sa thèse, »Jean Restout (1692–1768), peintre d’histoire à Paris«, a été publiée en 2000 (prix Cailleux 1999) et elle a conduit en 2010 la réédition augmentée du livre d’Antoine Schnapper sur le peintre Jean Jouvenet aux éditions Arthena.

Elle a aussi travaillé sur les rapports entre l’art religieux, le politique et la censure, et a publié un livre sur ces thèmes: L’Art et le Jansénisme au XVIIIe siècle, Paris 2007. Membre du comité de direction et directeur de publication aux éditions Arthena, elle est également corédacteur de la revue en ligne d’histoire et d’iconologie »Europa Moderna« et rédacteur en chef du bulletin »L’Atelier. Le Temps d’Albert Besnard«, qui a pour but de promouvoir la recherche concernant l’histoire de l’art en France de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

 

To the program.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *