Chloé Perrot (Lille), Les personnifications des États dans les iconologies de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, importants témoins d’une Histoire politique

Les iconologies du XVIIIe siècle, héritières de Ripa, offrent aux artistes un répertoire plus
large que celui de leur célèbre aîné, bénéficiant de sources nouvelles et adapté à la société contemporaine. Les allégories de différents pays et des modes de gouvernement, en particulier, révèlent les préoccupations politiques de l’époque. Omniprésentes dans les ouvrages parus entre 1750 et 1791, elles n’adoptent pourtant pas systématiquement le schéma classique de la personnification. Si la figure féminine pourvue d’attributs apparaît bien dans le »Dictionnaire iconologique« d’Honoré Lacombe de Prézel et dans l’»Almanach iconologique« illustré par Hubert- François Gravelot puis Charles-Nicolas Cochin, elle est réduite à des bustes sculptés chez Gabriel Huquier et disparaît totalement dans la »Nouvelle Iconologie Historique« de Jean-Charles Delafosse, cédant la place à des trophées d’objets symboliques.
Nous dresserons donc un panorama des nations et des entités politiques représentées et
évaluerons la part dévolue au corps féminin. Puis, le choix des thèmes et la chronologie de leur apparition, significatifs, seront analysés en appui sur l’Histoire politique de la période. Les attributs sélectionnés, le sens qui leur est prêté et les commentaires qui les accompagnent retiendront dès lors toute notre attention. Révélateurs d’une certaine vision d’un monde en mutation, sur laquelle chaque auteur imprime sa marque, ils témoignent en outre d’un phénomène propre à la seconde moitié du XVIIIe siècle: l’émergence de l’opinion publique. La comparaison de l’Almanach iconologique dans sa première version (1756–1781) à sa réédition, parue pendant la période révolutionnaire, assortie de
textes de Charles-Etienne Gaucher, fournira un exemplum des fluctuations de cette opinion et de la capacité d’adaptation du répertoire iconologique.

Perrot Chloé_personal photoChloé Perrot est étudiante en Histoire de l’Art Moderne de l’Université Lille 3. Elle a consacré son mémoire de Master 1 à »Gabriel Huquier et l’ornement, le cas particulier des Iconologies (1767–1769)«. Elle a ensuite poursuivi son cursus par un Master 2 dont le travail de recherche a été consacré à l’»Ornement : langage et discours dans la Nouvelle Iconologie Historique de Jean-Charles Delafosse (1768)«, sous la direction du Pr Patrick Michel. Cette seconde étude a fait l’objet d’une communication lors du Colloque des étudiants de master en mai 2015 (Université Lille 3). Elle sera publiée en 2016 sous le titre »La Nouvelle Iconologie Historique de Jean-Charles Delafosse, faire parler l’ornement«.
L’ensemble de ces travaux s’inscrivent dans la perspective d’une thèse que Chloé Perrot entreprendra mi-octobre 2015, toujours sous la direction du Pr Patrick Michel.

 

Gabriel Huquier, L’Italie, dans: Iconologies, eau-forte, 1767-1769, Collection privée

 

Gabriel Huquier, L’Espagne, dans: Iconologies, eau-forte, 1767-1769, Collection privée

 

To the program.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *