Alexandra Woolley (Toulouse), Louis XIV sur le »Trosne de la Piété«: le roi personnifié en mère charitable du royaume

Au lendemain du sacre du Louis XIV, en 1654, une médaille puis une gravure vinrent commémorer cet évènement et prédire au roi un avenir glorieux. Sur ces images, le jeune Louis est explicitement montré et nommé en figure de la »Charité«, entre la »Foi« et l’»Espérance«. Cette allégorie, en effet, avait constamment servi aux Bourbon à magnifier leur piété censée être aussi exemplaire que bienveillante mais aussi à accréditer le droit divin de leur souveraineté. Comme pour les rois avec saint Louis, les reines et régentes successives, Marie de Médicis et Anne d’Autriche avaient inscrit cette piété dans la lignée de Jeanne de France et avaient été représentées en »Charité«, en tant que mères miséricordieuses du Royaume, nourrices du peuple comme des futurs rois.

Les images de 1654 allèrent plus loin encore puisque non seulement Louis Dieudonné y incarne physiquement la première des vertus théologales, la Charité, mais de plus la couronne flammée et rayonnante qui le surplombe et l’inonde de lumière lui délivre ces paroles tireés des Actes des Apôtres: »Posui te in lucem gentius« (Je t’ai établi pour être la lumière des nations) (Act., XIII-47). Dans cette communication, je m’attacherai à montrer quel fut ce rôle dévolu à la »Charité« au cours du XVIIe siècle en France dans une double lecture sciemment entretenue: celle de l’incarnation du peuple et celle de la personnification du pouvoir royal que ce soit pour les reines ou pour les rois, dans une mystique d’identification christique et maternelle.

Nombre d’images éloquentes viennent à l’appui de cette iconographie dont le sens est souvent resté voilé dans l’histoire monarchique française. En outre, je montrerai comment ont pu évoluer cette figures allégorique et ses usages durant le règne du Roi-Soleil. La mission sacrée promise a celui-ci, en effet, a été habilement détournée et utilisée pour promouvoir et sacraliser son pouvoir, et ce à maintes reprises, de la célébration des vertus du roi bienfaisant sur les voûtes de la Grande Galerie de Versailles à sa statue salvatrice par Coysevox pour l’Hôtel-de-ville de Paris, située elle dans l’espace public.
De la Mère à la vertu, la figure de la »Charité«, lorsque l’on s’attache à en étudier les multiples emplois et métamorphoses, se révèle un singulier emblème d’exaltation religieuse mais aussi politique pour la royauté française, jusqu’ici peu étudié.

 

Alexandra Woolley a été Doctorante en Histoire de l’Art Moderne sous la direction du Professeur Pascal Julien, à l’Université Toulouse II-Jean Jaurès (Unité de recherche de la FRA.M.ESPA, École doctorale TESC, Maison de la Recherche, Toulouse) depuis 2007 et vient de soutenir sa thèse sur le sujet »Images de la charité: du bon usage de la vertu dans les arts français au XVIIe siècle«. Ses recherches proposent une relecture des images polysémiques de la charité qu’elles soient d’essence religieuse, politique ou purement esthétique afin de discerner les messages dont elles furent investies et les glissements signifiants ou ambigus qu’elles exprimèrent, de la spiritualité la plus pure à la sensualité la plus troublante.

Ses publications sont: Nicolas Poussin’s Allegories of Charity in the Plague at Ashdod and The Gathering of the Manna and their influence on late 17th century French art, in: J. G. Sperling (dir.), Medieval and Renaissance Lactations. Images, Rhetorics, Pratices (Women and Gender in the Early Modern World), Londres, New Haven 2013, p. 165–185; L’oeuvre de miséricorde du Roi: la statue de Louis XIV pour l’Hôtel de Ville de Paris par Antoine Coysevox, 1687–1689, in: Les Cahiers de Framespa [En ligne], 11 | 2012. URL : http://framespa.revues.org/1965; Notices pour le catalogue d’exposition: M. Mouranche, C. Debuiche (dir.), Images d’architecture antiques (1500–1850), dans les bibliothèques universitaires toulousaines, Toulouse 2010; Le langage allégorique du plafond du parlement de Toulouse, in: Revue Midi-Pyrénées: Patrimoine, Somptuosités baroques, automne 2009, p. 46–47.

DSC01242 - Copie

Jean Lepautre, Le Trosne de la Piété, dédié au sacre du Roy, eau-forte, 23×15 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France

 

To the program.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *