Bertrand Cosnet (Nantes), La genèse des personnifications nationales dans les communes italiennes du XIVe siècle

L’Italie du XIVe siècle constitue un espace culturel particulièrement intéressant pour interroger le processus d’invention des personnifications nationales à la fin du Moyen Âge. Les cités du centre de la péninsule envisagent en effet différentes solutions pour figurer leurs institutions, leur commune et leur ville. Sienne se fait ainsi peindre sous la forme de la Vierge en trône dans la salle de la Mappemonde, d’un souverain entouré des vertus dans le Bon gouvernement ou d’Aristote dans le petit palais du bourg d’Asciano situé dans son contado. Florence multiplie également les formules en employant à la fois sainte Anne, saint Jean-Baptiste, le héros antique Héraclès ou encore la personnification de la Charité, dont l’iconographie chrétienne est transformée au profit d’une image de la prospérité correspondant mieux au message que la république entendait véhiculer.

C’est dans ce contexte propice à l’invention de nouvelles images politiques que les véritables premières personnifications des communes font simultanément leur apparition dans plusieurs villes : à Pise, Giovanni Pisano réalise une personnification de la ville pour l’une des portes de la cathédrale ; à Florence, une fresque attribuée à Giotto figure la commune offrant des lys à la Vierge Marie ; à Vérone, Cansignorio della Scala transforme une statue romaine en personnification de sa ville pour la Piazza dell’Erbe ; enfin, Prato commande un poème accompagné d’enluminures figurant Rome, Florence et l’Italie suppliant le roi Robert Ier d’Anjou de leur accorder sa bienveillance. Avec cette communication, il s’agira non seulement de retracer le processus qui a conduit à la fabrication de telles images, mais aussi de définir précisément ce que recouvre le procédé figuratif de la personnification dans la sphère politique à l’aube des temps modernes.

 

Bertrand Cosnet photoMembre du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance à Tours et Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université de Nantes, Bertrand Cosnet enseigne l’histoire de l’art médiéval et conduit des recherches sur la circulation des images dans l’Europe gothique, particulièrement en France et dans la péninsule italienne. Ses travaux de thèse de doctorat, soutenue en 2011 à l’Université de Tours et publiée aux Presses Universitaires (Sous le regard des vertus: Italie, XIVe siècle, Tours 2015), ont porté sur l’imagerie morale italienne, c’est-à-dire sur la constitution des images des vertus et sur le procédé figuratif de la personnification. Il a publié plusieurs articles sur ces questions (notamment »Les vertus selon le franciscanisme et la fortune des personnifications au XIVe siècle« en 2011, et »Les personnifications dans la peinture monumentale en Italie au XIVe siècle : la grisaille et ses vertus« en 2012). Ses recherches s’intéressent actuellement à la circulation et à la transformation de l’iconographie de la »Somme le roi« dans l’Europe de la première moitié du XIVe siècle.

 

Cosnet Pise agenouillée vers 1312-1313. Pise Museo dell'Opera del Duomo (1)

Pise agenouillée, vers 1312-1313, Pise, Museo dell’Opera del Duomo

 

 

To the program.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.