Sylvain-Karl Gosselet (Paris), Deux femmes pour un continent: L’Europe

Le corpus des images révèle une étonnante métamorphose des représentations, et donc des idées, entre le XVIème et le XVIIIème siècle ; une allégorie remplace une figure mythologique dans le répertoire des artistes. Depuis l’antiquité, le mythe grec d’Europe, fille du roi Agénor de Phénicie, jeune vierge enlevée par Zeus transformé en taureau pour la conduire en Crète, incarne parfois le continent dans les arts. Mais au XVIème siècle, les artistes abandonnent massivement cette image au profit d’une toute nouvelle, née de l’imaginaire des hommes de la Renaissance, une allégorie de l’Europe chargée d’attributs et porteuse de sens nouveaux. La découverte de l’Amérique, les préoccupations humanistes, les inventions iconographiques, l’exigence de pensée figurée, une quête de plus de chrétienté et de politique, sont les raisons essentielles qui réduisent considérablement l’intérêt porté jusqu’alors à la figure du mythe antique d’Europe. L’allégorie de l’Europe dite chrétienne, née d’un modèle de la Vierge vers 1537, prend dorénavant un essor considérable dans les arts durant près de trois cents ans, reléguant l’essentiel des représentations du mythe à son acception fantastique.

Cette communication se propose de montrer comment, pour représenter le continent dans les arts, de deux figures féminines abstraites, l’une (l’Europe allégorique) a pris le pas sur l’autre (l’Europe mythologique) à partir du XVIème siècle. Nous démontrerons pourquoi, sur le plan religieux et politique, cette mutation iconographique était inéluctable.

Malgré tout, quelques résistances notables traversent l’époque moderne, et certains artistes n’abjurent pas leur attachement à la figure mythologique pour incarner le continent européen. Les raisons qui président à cette pérennité du mythe méritent d’être examinées, au prisme des mutations iconographiques de l’époque.

Finalement, nous conclurons sur les revers de l’histoire et de l’histoire de l’art pour découvrir que très récemment, un retournement de situation a ramené le mythe antique d’Europe dans le discours officiel de l’Union Européenne pour en faire un discret emblème de l’Europe.

Bibliographie indicative: S.-K. Gosselet, Les lunettes et l’Europe, dans: P. Choné (dir.), Le point de vue de l’emblème, Dijon 2001, p. 77–86; id., La première allégorie politique de l’Europe, dans: Le mythe d’Europe dans l’art et la culture de l’Antiquité au XVIIIe siècle. Actes du colloque tenu à l’ENS, Paris (2426 avril 1997), p. 173–182; id., Art et mathématique, dans: Les Actes du Congrès Poincaré 1994, Nancy 1994; id et al. (dir.), Louis Joly, peintre et mathématicien, Le petit journal du Musée de Toul, Toul 1994.

sk gosseletChef de service à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, Sylvain-Karl Gosselet s’intéresse particulièrement à l’iconographie et la polysémie des images dans l’esprit de »l’École de Warburg«. Après avoir travaillé sur la symbolique des lunettes dans l’art, il reprend depuis 2013 un travail de recherche, mis en pause voici vingt ans, sur les représentations allégoriques de l’Europe en France sous l’Ancien Régime. La pensée figurée de l’époque moderne fait de cette partie du monde un personnage féminin dominant qui révèle son importance politique, en particulier dans l’iconographie royale. A l’heure des questionnements territoriaux qui bouleversent l’Europe, ce sujet replace l’idée d’Europe à travers les arts dans le cours de l’Histoire. La soutenance de ce doctorat est envisagée fin 2016.

Gosselet 1588 Europa

Franz Hogenberg (graveur), Michael von Eitzing (inventeur), Europa, frontispice de De Europae virginis, tauro insidentis, topographica atque historica descriptione liber, gravure sur bois, dim. 160 x 125 mm, Cologne, 1588, collection privée.

 

To the program.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.