Romain Thomas (Paris), La Fiancée hollandaise. Usages politiques de la symbolique matrimoniale dans les Provinces-Unies au XVIIe siècle

Si la métaphore du mariage du prince souverain avec la personnification féminine de l’État est bien connue pour les monarchies française et anglaise entre la fin du Moyen Âge et la fin de l’époque moderne, le cas de la République des Provinces-Unies l’est beaucoup moins. Nous nous proposons d’examiner la question dans cet espace où, tout au long du XVIIe siècle, est employé le symbolisme du mariage de la Patrie (de Hollandse Maagd, la »pucelle néerlandaise«) avec le prince d’Orange.

Au-delà d’une recherche des origines de ce symbolisme, il s’agira d’en comprendre les usages politiques et la signification dans l’aire néerlandaise. La littérature pamphlétaire est l’un des lieux politiques où artistes et auteurs le mobilisent de manière privilégiée. Or, l’usage d’une telle métaphore dans cet espace ne laisse pas d’intriguer, puisqu’elle met en scène le statut d’un personnage qui, quoique possédant la dignité de prince souverain par son pouvoir sur la principauté d’Orange, a en théorie un rôle limité dans un territoire qui se revendique et fonctionne comme une république. Les Provinces-Unies forment en effet une entité géo-politique nouvelle, avec des institutions héritées du passé (États provinciaux et généraux, stadhouderat) mais qui fonctionnent de manière tout à fait différente, la souveraineté résidant non plus en la personne d’un prince, mais dans les conseils urbains, les États provinciaux et les États Généraux. Pour autant la famille d’Orange représente un élément monarchique fort, et des discussions ont lieu tout au long du siècle sur l’équilibre entre ces pouvoirs.

Cette communication aura donc pour but de comprendre comment sont sollicités et fonctionnent la personnification de la Patrie ainsi que les codes visuels du mariage. Qu’est-ce qu’implique, en termes de communication politique et de représentation des institutions, l’usage du symbolisme de la fiancée, de la dextrarum iunctio, etc., immédiatement identifiables par les lecteurs-spectateurs néerlandais du XVIIe siècle ?

romain.thomasRomain Thomas est maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, membre du laboratoire HAR (Histoire des arts et des représentations). Ses recherches  portent sur l’histoire de l’art des Pays-Bas espagnols et des Provinces-Unies au XVIIe siècle, plus particulièrement sur l’histoire sociale de l’art mais aussi sur la matérialité de l’art dans ces espaces. Il a soutenu en 2012 une thèse en Histoire moderne intitulée »La Fiancée hollandaise. Images du mariage et usages sociaux, religieux et politiques de la symbolique matrimoniale dans les Provinces-Unies au XVIIe siècle«.

Crispijn II de Passe, Hollands Triomff-Tonneel, 1629, 28,1 x 36,9 cm, gravure (c) Koninklijke Bibliotheek (Den Haag).

Crispijn II de Passe, Hollands Triomff-Tonneel, 1629, 28,1 x 36,9 cm, gravure, (c) Koninklijke Bibliotheek (Den Haag)

 

To the program.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.