Aubrée David-Chapy (Paris), Invention et exaltation d’une figure maternelle et mariale: le cas de la régente Louise de Savoie (1515–1531)

Dans la suite de ce que j’ai montré dans ma thèse soutenue en novembre dernier, je propose de me pencher sur la figure de Louise de Savoie, mère de François Ier qui, à la suite d’Anne de France, qualifiée de »vergier d’espérance« pour son action politique à la tête du royaume dans les années 1480–1490, crée un imaginaire dans le but d’exalter sa personne et son gouvernement en tant que régente.

Louise de Savoie et son entourage littéraire et artistique développent un discours et une rhétorique qui visent à glorifier sa maternité charnelle (en tant que mater regis), intellectuelle (en tant que »Compas du dauphin« qu’elle instruit elle-même) et mystique (comme mère du royaume). 

Présentée comme »Dame Prudence«, elle est fréquemment associée à Pallas. En tant que »miroir de vertus« et princesse médiatrice, elle est identifiée à la Vierge, servant de lien entre le divin et l’humain, entre Dieu et les sujets du royaume.

Elle développe un discours qui montre que son pouvoir de régente est fondé sur la vertu, sur l’amour (au sens de caritas). Grâce à la fabrication d’un imaginaire symbolique et allégorique qui associe pleinement Louise à la figure royale et l’intègre à la royauté dont elle se veut le rempart, la mère du roi apparaît comme une figure salvatrice et pacificatrice pour le royaume. Par sa pratique politique et par cet amour s’opère ainsi une fusion de la régence dans la monarchie, une fusion de la régente dans la dynastie puisqu’elle est qualifiée de »Sang royal« lors d’une entrée à Amiens. C’est l’invention de cet imaginaire qui associe pleinement la régente au royaume que je propose d’étudier.

Aubrée David-Chapy est agrégée et docteur en histoire moderne de l’Université Paris-Sorbonne où elle a enseigné pendant six années. Sa thèse, dirigée par Denis Crouzet et soutenue en 2014, paraîtra début 2016 aux éditions Garnier-Classiques sous le titre »Anne de France, Louise de Savoie, inventions d’un pouvoir au féminin«. Elle a par ailleurs participé à de nombreux colloques et publications. Parmi ces dernières, on peut notamment citer: Une femme à la tête du royaume, Anne de France et la pratique du pouvoir, dans: M. Chatenet, T. Crépin-Leblond (dir.), Anne de France, art et pouvoir en 1500, Paris 2014, p. 27–36; Louise de Savoie, régente et mère du roi. L’investissement symbolique de l’espace curial, dans: Réforme, Humanisme, Renaissance, Cahier François Ier, no. 79 (décembre 2014), p. 65–84 ou encore Le gouvernement de Louise de Savoie , dans: Une reine sans couronne? Louise de Savoie, mère de François Ier, Paris 2015, p. 15–20. Ses recherches actuelles portent sur la politique de Marguerite d’Autriche, projet pour lequel elle vient de recevoir une bourse de recherches du Centre de Recherches du Château de Versailles. Elle s’intéresse plus généralement aux femmes de pouvoir en Europe entre la fin du XVe et la première moitié du XVIIe siècle.

To the program.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.