Bastien Coulon (Paris), Déesses mères et mythologie nationale: la personnification de la France dans les scènes de naissances royales au XVIIIe siècle

Principal outil des représentations contemporaines au XVIIIe siècle, le procédé allégorique prend une part importante dans la publicité de plusieurs évènements majeurs de la période. On retrouve en effet ce procédé dans les traités de paix, la mort du roi, ou la naissance d’héritiers royaux. Au sein de ces programmes iconographiques, la personnification de la France semble prendre une place significative et participe aux actions du royaume dans de grandes compositions mixtes dont le fonctionnement est étudié dès le XVIIIe siècle par un certain nombre de critiques, comme l’Abbé du Bos qui y consacre plusieurs chapitres dans ses célèbres Réflexions critiques (1719).
Notre objet d’étude serait la figure allégorique de la France (femme brune, manteau bleu fleurdelisé, aux attributs de regalia (couronne, sceptre, bouclier)) comprise dans un corpus d’oeuvres représentant les naissances d’héritier-e-s royaux sous les règnes de Louis XV et Louis XVI.

On y trouve une structure commune, la France recevant le nouveau-né des mains d’un cortège mythologique composé de Lucine, (associée à Junon) et Hyménée, déesses-mères associées aux accouchements, à la fécondité et à la protection des naissances, ainsi que de figures allégoriques tirées de l’iconologie de Cesare Ripa (la Santé, la Fertilité, la Gloire des Princes, etc). En plus d’une dizaine de gravures, deux peintures de grands formats sont notamment concernées: une Allégorie à la naissance de Marie-Zéphyrine de France, peinte par Natoire en 1750 et une Allégorie à la naissance du Dauphin peinte par François-Guillaume Ménageot en 1783. Le lien entre la France et ce cortège allégorique soulève un certain nombre d’enjeux: l’absence de l’effigie royale, la mixité des figures allégoriques-mythologiques dans le cortège, l’importance donnée au sexe de l’enfant (par ailleurs seule figure »réelle«  du cortège) ou encore la place des armoiries des deux familles liées par l’évènement interrogent tout autant le procédé allégorique en lui-même que la place de l’évènement dans la publicité du pouvoir royal.

Chez Natoire par exemple, la scène suit l’accouchement d’un point de vue narratif (de Lucine à la France en passant par Hyménée), la France prend ici le rôle d’une déesse-mère, son giron prenant la forme d’une couche possible pour l’enfant1. La figure allégorique se pense avant tout vis-à-vis de son genre, en l’occurrence une femme, idée que nous retrouvons chez Marina Warner dans son ouvrage de référence sur la question2. La figure reprend ainsi certains archétypes mythographiques, se rapprochant de la figure de la Vierge, fixant l’image de la mère immaculée et recevant l’Enfant par intercession avec le Ciel3. Cette caractérisation féminine étant également la possibilité d’une nouvelle réflexion sur le concept de »mannequin de l’abstraction«, que Maurice Agulhon attache à la figure de Marianne (et plus largement à la figure allégorique féminine).
Par ces allégories de naissances, nous voudrions proposer l’idée d’une participation de la figure allégorique de la France à la construction d’un mythe national à part entière. En tant que mère-nation, cette dernière sous-tendrait une approbation populaire à l’avènement d’une nouvelle naissance royale et marquerait l’accueil du nouveau-né au sein d’une famille inscrite dans une histoire longue (liée par exemple au langage héraldique utilisé (fleur de lys, regalia)). L’historicisation de cette figure allégorique nationale étant également un outil de légitimation du pouvoir futur donné au dauphin. Ce dernier est lié à l’avenir de la nation sous la protection des déesses mères, garantissant sa prospérité, sa longévité et son accomplissement futur. En cela, les œuvres de naissances permettent de démontrer l’importance de la figure allégorique nationale dans la propagande du pouvoir royal au XVIIIe siècle.

1 Il est à noter que l’œuvre (à l’iconographie très complexe) entièrement terminée en septembre 1750 était prévue pour la naissance d’un dauphin, ce qui fut finalement modifié lors de la naissance d’une dauphine peu de jours avant la présentation de l’oeuvre.
2 M. Warner,Monuments and maidens. The allegory of the Female Form, Los Angeles 1985.
3 Voir ici : M. Warner, Seule entre toutes les femmes. Mythe et culte de la Vierge Marie, Paris 1989.

Bibliographie indicative: M. Agulhon, Marianne au combat. L’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris 1979; D. Bell, The cult of the nation in France: Inventing nationalism, 1680–1800, Londres 2001; M. Bloch, Women and the dialectics of nature in 18th century French thought, in: C. Mac Cormack, M. Strathern (dir.), Nature, culture and gender, Cambridge 1980; S. Caviglia, Charles-Joseph Natoire 1700–1777, Paris 2012; S. Husain, La Grande Déesse-Mère, Création, fertilité et abondance, Mythes et archétypes féminins, Cologne 2001; M. Warner, Monuments and maidens. The allegory of the Female Form, Los Angeles 1985; Id., Seule entre toutes les femmes. Mythe et culte de la Vierge Marie, Paris 1989 (éd. originale, Alone of all her sex : the myth and the cult of the Virgin Mary, Londres 1976); N. Willk-Brocard, François-Guillaume Ménageot (1744–1816), Paris 1976.

photo Bastien CoulonBastien Coulon est doctorant contractuel à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne. Depuis 2013 il mène une thèse intitulée  »Représenter la nation: la personnification de la France au XVIIIe siècle«. Il y est question d’étudier la figure allégorique nationale de 1715 à la Révolution. A l’Université Paris I il est également chargé d’enseignement en histoire de l’art en ce qui concerne la »Création artistique au XVIIIe siècle« notamment.
Ses travaux portent sur l’allégorie à l’époque moderne, le rapport entre art et politique, et la représentation des figures de la nation dans la production artistique française des XVIIe et XVIIIe siècles.

4 - Les voeux accomplis

Ecole française, Les vœux accomplis, vers 1781, écran, carton à bord chantourné, imprimé et aquarellé, 40,5cm x 27cm, Bordeaux, Musée des arts décoratifs

Pietro Antonio Martini, Allégorie sur la Naissance de Monsieur le Dauphin, fils de Louis XVI Roy des François (détail), 1781, eau-forte et burin, 28,2cm x 41,8cm, BNF, Département des estampes, Collection de Vinck.

Pietro Antonio Martini, Allégorie sur la Naissance de Monsieur le Dauphin, fils de Louis XVI Roy des François (détail), 1781, eau-forte et burin, 28,2cm x 41,8cm, BNF, Département des estampes, Collection de Vinck.

 

To the program.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.